Désagréments potentiels

Découvrir la sexualité et apprendre les techniques - Le cunnilingus

L’odeur et le goût de la vulve

Certaines femmes peuvent avoir du mal à se laisser aller à la pratique du cunnilingus car elles ont peur que leur partenaire n’apprécie pas le goût ou l’odeur de leur vulve. Elles se sentent gênées, mal à l’aise, ce qui les empêchent de s’abandonner complètement et d’obtenir l’orgasme.

Il est certain que la vulve, comme le reste du corps d’ailleurs, a un goût et un parfum, plus ou moins fort, plus ou moins doux, qui différent chez chaque femme. Cependant, beaucoup d’hommes apprécient ces senteurs qui peuvent même s’avérer être particulièrement excitantes. Et la vulve a la particularité de se nettoyer sans aide extérieure  : ses sécrétions contiennent une sorte de désinfectant naturel très efficace.

Alors Mesdames, ne vous inquiétez pas trop, une toilette quotidienne à l’eau des parties externes suffit largement, donc il n’y a pas d’excuses à refuser de se laisser dévorer !

Si toutefois vous n’êtes toujours pas à l’aise, un bain avant le rapport annihilera quasiment complètement votre parfum intime, au risque parfois de décevoir votre partenaire.


La sensation d’uriner

Il arrive que la femme ait la sensation d’uriner juste avant d’arriver à l’orgasme.

Cette sensation est parfaitement naturelle, n’est qu’une impression et ne devrait pas empêcher la recherche du plaisir. De toute manière, il est conseillé de toujours se vider la vessie avant un rapport, l’acte sexuel n’en sera que plus agréable.


Langue râpeuse

Certaines langues sont plus râpeuses que d’autres (un peu plus comme la langue d’un chat).

Pas de panique, pour pallier à ce problème, il suffit de la lubrifier d’autant plus avec de la salive et de garder la langue « molle », c'est-à-dire ne pas tendre le muscle à son paroxysme et préférer plutôt le muscle de la mâchoire pour les mouvements.


Le frein de la langue et la fatigue

La langue de l’humain est attachée au plancher de la bouche par un repli de la muqueuse appelé le frein.

Ce frein est très sollicité si la langue est longtemps tirée, comme cela peut arriver lors d’un cunnilingus, et peut faire souffrir.

Pour éviter cela, il est préférable d’avancer légèrement le menton et de coupler le mouvement de la langue avec un mouvement du cou de bas en haut. Cela permet aussi d’éviter de trop fatiguer la langue.